Peur de l'abandon

La peur de l’abandon: comment en sortir?

La peur de l’abandon est un phénomène qu’on retrouve de façon plus au moins marquée chez l’être humain.

Ne vous est-il jamais arrivé de vous sentir profondément seul au point d’avoir le sentiment d’être au bord d’un précipice et qu’au fond de celui-ci il n’y a que néant… Ce type de ressenti est souvent le témoin que vous n’arrivez pas à exister par vous même et que le seul moyen que vous trouvez pour combler ce vide intérieur est de vous raccrocher à l’autre, à un autre, comme à un rocher. Cet autre est alors considéré comme identique à soi et devient essentiel à votre quotidien, jusque parfois à sembler indispensable à votre survie.

Vous conviendrez que ce fonctionnement n’est pas sans poser quelques problèmes. Le premier d’entre eux étant bien entendu que cette sensation de survie liée aux agissements de l’autre vous place dans une grande vulnérabilité et dans un état émotionnel plus qu’incertain.

Qu’est ce que la peur de l’abandon?

Pour illustrer ce propos  voici deux situations qui vous permettront d’observer deux cas fréquent où la peur de l’abandon s’observe fréquemment: les relations amoureuses et les relations amicales.

« Martine a une telle angoisse d’être abandonnée qu’à chaque fois qu’elle rentre en relation avec quelqu’un, elle a tendance à se fondre entièrement dans l’autre. Autrement dit, elle s’adapte entièrement aux attentes de l’autre par peur d’être rejetée par celui-ci. Lorsque l’autre est moins disponible Martine se sent perdue, très seule et elle est incapable de vivre pour et par elle-même. Cet attachement physique et émotionnel à l’autre ne permet pas à Martine de construire ou d’affirmer sa personnalité. Si l’autre est amené à disparaître, tout s’écroule pour Martine, elle ne sait pas qui elle est, ni ce qu’elle aime et elle se retrouve face à un profond vide intérieur. »

« Roland a tendance dans la relation amicale à être très exclusif. Son discours est très fréquemment tourné vers ses difficultés, ainsi en se mettant dans une position de victime il attire toute l’attention de son interlocuteur. Depuis quelques mois Roland a un passe temps auquel il consacre beaucoup d’énergie et de moyens: celui d’obtenir le plus de photos possibles avec des célébrités. Il adore pouvoir approcher les personnalités et conserver une trace de ce moment sur son téléphone. Par ailleurs Roland vit très mal dès que l’un de ses amis se rapprochent d’autres personnes et répond moins à ses sollicitations. Il a peur d’être moins intéressant, que son ami finisse par ne plus penser à lui et qu’il l’abandonne. Ce type de situation peut littéralement le rendre malade et qu’il ne cesse d’y penser. Ici Roland a une telle peur d’être abandonné qu’il en devient jaloux et possessif vis à vis de ses amis. Il n’a pas conscience que sa peur le fige dans une relation toxique par nature. Pour lui, ce sont les autres qui sont dangereux alors que le danger réside dans les mécanismes qu’il met en place. Il a besoin d’être reconnu et considéré afin d’être rassuré sur ses propres valeurs. Dans cette situation, on observe à nouveau les méfaits de la peur de l’abandon. »

 

Mais d’où vient cette peur ?

La peur de l’abandon est souvent le fruit de traumatismes passés, tout particulièrement durant les premières années. Durant sa construction un enfant est vulnérable car il n’a pas encore d’assise psychique. Ainsi l’absence brutale d’une personne chère (les imagos parentaux) ou l’incapacité d’un parent à investir son enfant entraine un profond manque qui va fragiliser le sentiment d’exister. Inconsciemment l’enfant se sent responsable de cet abandon car il a le sentiment d’avoir échoué à se faire aimer de ses parents. Alors dans son inconscient s’inscrit l’idée qu’il n’est pas en capacité de se faire aimer ce qui le conduit à l’âge adulte à être toujours dans la crainte de perdre l’amour ou l’amitié de l’autre. Les parcours de vie individuels peuvent également faire évoluer positivement ou négativement la prégnance de cette peur de l’abandon. Ainsi en cas de désillusions répétées, certains individus vont développer cette peur de l’abandon alors même que la structure psychique construite durant l’enfance ne le laissait pas présager.

Comment peut on pallier à la peur de l’abandon?

Il important de pouvoir reconnaître ce « manque » pour que celui ci puisse se transformer en « demande ». Ainsi lorsque le manque est reconnu et exprimé, l’individu peut se représenter ce qui est absent et ainsi créer une présence à venir. Il va falloir qu’il prenne conscience que l’autre n’est qu’un objet de remplissage qui fait office de leurre mais que la vraie demande, elle, ne reçoit ni validation ni réponse. Pour se libérer de cette dépendance, il va falloir renoncer à la jouissance de l’objet substantiel afin de pouvoir se centrer sur l’essentiel à savoir « Soi ».

Guérir de l’abandon signifie « être libre de toute forme de dépendance, d’être capable de voir la réalité dans sa globalité et d’en désigner la vérité » (Saverio Tomasella). Autrement dit, « « je désire, je pense, je suis ». C’est à dire être capable de vivre ses élans désirants, d’élaborer une pensée personnelle et de s’exprimer par une parole libre, qui précède et explicite ses choix d’action ou d’engagement » (Saverio Tomasella).    

 

Bibliographie :

  1. Tomasella, Le sentiment d’abandon, se libérer du passé pour exister par soi même. Paris, Eyrolles, 2010