dependance-affective

La dépendance affective dans le couple : mécanismes psychologiques et implications

L’être humain est un être social qui a besoin du contact avec les autres mais également de se sentir aimer : ce qui signifie que chacun est quelque part un peu dépendant affectivement. Pourtant cet état peut devenir chez certains pathologiques et être à l’origine de souffrances et de difficultés profondes dans la construction et l’harmonie du couple. Cet article explore les mécanismes à l’oeuvre, les causes et les conséquences sur soi et sur le couple et propose des voies de réflexions pour sortir de la dépendance affective.

Quand la dépendance affective devient aliénante

Est-ce quand les couples viennent consulter car ils ne supportent plus la jalousie du conjoint ou encore le chantage affectif de celui-ci ?

Vous avez peut être connu les premières sensations d’une relation naissante : le besoin impérieux d’être avec l’autre et la sensation de manque quand on s’éloigne. Mais par la suite, au cours de la plupart des relations cette sensation s’amoindri et un équilibre s’installe où chacun retrouve une partie de son émancipation.

Mais il arrive que la relation de couple n’évolue pas dans ce sens et que le besoin de l’autre persiste voir même parfois se renforce avec le temps, pour l’un des partenaires ou bien les deux. C’est ce que nous pourrons nommer la pathologie du lien ou encore la dépendance affective.

En quoi la dépendance affective est-elle pathologique ?

La dépendance affective devient pathologique à partir du moment où elle génère de la souffrance et que cela entrave le bien être individuel ou du couple.

Le dépendant affectif est dans l’idéalisation du partenaire et dans l’angoisse permanente d’être abandonné par l’objet d’amour, ce qui le conduit à être dans la négation de lui même, en devenant sourd à ses propres désirs. On peut observer chez lui une attitude sacrificielle comme l’abandon d’un emploi, de sa famille, de ses amis et de ses activités?

Du fait d’une très faible estime de soi, il n’arrive à s’estimer qu’au travers du regard du partenaire. Le conjoint devient le centre du monde et tout est focalisé autour de lui. Cela renvoie à la relation initiale où le nourrisson ne voit qu’au travers de la mère. Il s’agit le plus souvent de personnes immatures ou vulnérables. Cette fragilité narcissique trouverait ses origines dans la petite enfance notamment dans les expériences objectales. Cependant il arrive que cela soit plutôt du à une expérience que l’individu aurait vécue dans une relation passée.

Le dépendant affectif a un besoin permanent d’étayage et il est dans la recherche constante de preuves d’amour pour rassurer son angoisse d’abandon. Tout cela va mobiliser beaucoup d’énergie ce qui avec le temps peut épuiser les ressources psychiques de l’individu.

Ici ce n’est pas le désir qui prime mais bien le besoin de l’autre pour remplir un vide intérieur et combler une insécurité interne. Or on ne peut satisfaire ce type de besoin intimement personnel à travers l’attente de reconnaissance de l’autre.

Les conséquences pour le quotidien du couple

Chaque couple réagit différemment aux situations de dépendance affective. Toutefois on note dans la plupart des cas de thérapies de couples mettant en scène un cas de dépendance affective une problématique récurrente : au fur et à mesure, le dépendant affectif s’enferme dans une insatisfaction permanente des  preuves d’amour du compagnon.

En véritable ‘ boulimique d’amour ‘, les attentions portées par le conjoint finissent par ne plus être suffisantes et nécessitent constamment d’être supplantées. Course éperdue et perdue d’avance qui conduit à un mécanisme pervers : le dépendant demandant toujours plus, et le conjoint finissant par se retrouver dans une obligation de donner. Peu à peu le climat devient conflictuel, l’incompréhension se renforce, et la souffrance se manifeste, souvent chez les deux partenaires. Les conséquences peuvent être diverses : rupture, chantage affectif, violence, auto destruction (auto mutilation, tentatives de suicide),…

Un cas particulier : la dépendance affective réciproque

Lorsque la dépendance affective est réciproque dans le couple, on observe souvent des couples qui s’auto suffissent à eux même et qui de ce fait se mettent en retrait du reste du monde. Cette situation  de l’extrême romantisme peut apporter à certains couples un bonheur réel et un équilibre qui perdure dans le temps. Néanmoins ce type de situation est porteur de dangers potentiellement forts. Si l’un des partenaires se décentre de la relation de couple cela peut amener à des conséquences dramatiques tels que le suicide, la violence conjugale ou encore à l’extrême le crime passionnel. Ici perdre l’objet d’amour serait comme se perdre soi même et c’est insupportable.

Le dépendant affectif : une proie facile

Les personnalités narcissiques, manipulatrices ou encore perverses peuvent être à la recherche de personnes fragiles comme les dépendants affectifs car il est beaucoup plus facile d’avoir de l’emprise sur elles. Le dépendant affectif va essayer de satisfaire toutes les attentes du partenaire qui va être de plus en plus exigeant. Il va petit à petit l’enfermer dans une relation afin de le faire sien. A partir de là toutes les dérives sont envisageables comme l’humiliation, la violence verbale, la violence physique et/ou sexuelle. Il va utiliser le chantage affectif afin de mieux controler l’autre. Ainsi les violences peuvent être acceptée pendant longtemps car le dépendant affectif va y voir des preuves d’amour. Par exemple,  » il a été violent avec moi parce que je n’aurais pas du parler àcette personne. S’il a été violent c’est parce qu’il a été jaloux et donc cela veut dire qu’il m’aime « . Beaucoup vont Ëtre capable de trouver des preuves d’amour dans ce genre de situation, or la violence n’est pas un signe d’amour mais plutôt le fait d’asseoir son pouvoir et de dominer l’autre.

Sortir de la dépendance affective : oui mais comment ?

L’une des difficultés principales de la dépendance affective est que la victime de cette pathologie du lien n’est pas obligatoirement consciente du caractère aliénant de la relation..  » On ne peut pas aimer trop  » pourraient-ils dire. Mais en l’occurrence il ne s’agit pas réellement d’amour. L’amour n’est ici plus un témoignage de sentiments réciproques mais un outil pour tenter de combler un besoin de reconnaissance, d’estime de soi, que la personne dépendante n’a souvent pas réussi à construire par elle-même.

Aussi sortir de la dépendance affective passe par plusieurs étapes, à la fois au sein de la relation du couple mais avant tout au niveau d’un travail sur soi. Parmi les étapes fondamentales:

  • La reconnaissance de l’état de ‘ dépendance ‘ et des difficultés que cela engendre au quotidien,
  • La compréhension que ce mécanisme est intimement lié à la construction narcissique de l’individu,
  • L’apprentissage progressif d’une confiance en soi, d’une estime de soi.

En d’autres termes « s’investir soi avant d’investir l’autre. S’aimer soi pour bien aimer l’autre. S’aimer soi pour que l’autre nous aime bien. »

10 réponses
  1. S.83
    S.83 says:

    A 48 ans, je me reconnais entièrement dans cette dépendance affective que vous décrivez.j’en souffre jusqu’à vouloir mettre fin à mes jours. mes maintes tentatives ont malheureusement pour moi ?chou?s mais heureusement pour mes 2 fils !
    ma vie de couple est un enfer pour moi, je suis rongée par la jalousie, et me sens manipulée. je n’y vois aucune issue, et l’automutilation me soulage.en l’absence de mon ami je suis une loque cachée sous la couette rongée par la peur et l’abandon!

    Répondre
  2. Karine B.
    Karine B. says:

    C’est difficile de faire comprendre a l’etre aimer se probleme il faut d’abord que lui le veulent.trop accuppe a avec ma fille de 2 ans, le pere qui s’est sentit de coté a commencer a avoir quelques amies de fille….aller consulter il n’a pas voulut…rupture…perte d’emplois…ne paye plus ses comptes et trouve du réconfort avec d’autre personne qui ne le connaise pas et il trouve un amour faussement illusion! malgré tous il continue a mettre tous le blame sur ma jalousie…que si j’avais juste a accepter ces nouvelle amies.

    Répondre
  3. Alexfux
    Alexfux says:

    Voila c’est exactement moi…. Sauf qu’aujourd’hui et depuis 4 semaines mon amour a pris la fuite…. Sans se rendre compte du réel mal etre de ma réelle souffrance…. Imaginez une dépendante affective qui perd l’homme de sa vie !!!! imaginez ce que c’est que de souffrir quand tout va bien …. et puis quand tout va mal !!! quand nos angoisses deviennent réelles

    Aujourd’hui il ne souhaite pas faire de thérapie de couples pourtant c’est notre 1 ere crise je suis sure que cela pourrait nous faire du bien mais il ne veut pas il préféré fuir et m’abandonner

    moi je l’aime plus que tout et je ne sais pas comment faire pour qu’il revienne (j’ai reconnu mes erreurs et pris conscience de ma dépendance il y a 4 semaines et j’ai tout de suite pris rendez vous avec un psychiatre)

    je suis donc suivi et ce n’est que ma 2eme séance mais j’ai une enorme envie de m’en sortir je sais qu’on peut réellement être heureux tous les 2 alors pourquoi ne le voit il pas ?

    je suis perdue et desespér

    Répondre
  4. Emma
    Emma says:

    Bonjour Alexfux
    Ton post remonte à aout, mais j’espère que tu vas mieux. Si il ne voulais pas t’accompagner dans ta démarche, c’est tout simplement que ce n’est pas le bon. Pense d’abord à toi, pour aller vite mieux. Vis pour toi. Un jour peut-être tu rencontreras quelqu’un avec qui tu pourras construire une relation sans angoisse et en toute sérénité.
    Je suis en train de passer par là, avec une personne qui refuse d’assumer ses actes en plus (violence, humiliation…). C’est dur à vivre, mais il est parti et c’est ce qui me sauve: je ne suis plus sous son emprise.

    Répondre
  5. EDY
    EDY says:

    Je suis dans cette situation, j’en souffre énormément à tel point d’imaginer une fin tragique chaque jour, j’ai un besoin constant de l’avoir au bout du fil, son absence me ronge le cerveau, je n’ai plus gout à rien.
    Je ne sais pas si on peut en guérir, je découvrir les pièges à éviter en lui réclamant constamment des preuves d’amour,
    je ne me reconnais plus, j’ai perdu totalement confiance en moi et j’ai une peur tragique de l’abandon ou de la séparation ce serait une tragédie et je ne sais pas si je pourrais m’en relever je suis prisonnier

    Répondre
  6. Agnieszka
    Agnieszka says:

    Je parcours toutes les informations sur la dépendance affective amoureuse mais il me manque des informations… Qu’en est il de l’argent???????Je ressens un vide, je suis accro à l’homme que j’aime ( ?) il remplit mon besoin d’être rassurée , je vis avec un mari malade et absent. Je suis prête à tous les sacrifices mais à chaque fois avant de céder je me défends violemment ( il s’agit d’aide financière, nous ne sommes amants) Qu’en est il de sentiment de culpabilité qu’on ressent, de la lucidité de se faire avoir et du fait de continuer quand même à ramper , coller, demander les signaux d’amour ..? Est- ce un gigolo? On est liés depuis 9 ans et il revient chaque fois quand je cède.. Pour exiger des preuves matérielles d’attachement et de sentiments éprouvés pour lui. Toujours plus délirantes. Notre lien est une suite de ruptures et de retrouvailles.. Mais la souffrance ces dernières années est devenue insupportable . Je ne suis bien que quand il est loin dans son pays et il me rappelle de temps en temps. Ce dernier temps, il est de retour, il m’a annoncé avoir rencontré une nouvelle femme en France qu’il n’aime pas encore mais ça viendra peut- être car il est qq d’honnête et pur et moi je le transforme en jouet , je lui promets des soutiens et je ne les respecte pas. Au lieu d’être soulagée de voir qu’il s’est trouvé une nouvelle proie j’ai fait une série de cauchemars la nuit où le visage de l’autre me hante, leur lien naissant m’obsède… Lire tout ce qu’il faut faire pour s’en sortir c’est facile. Le faire est une autre chose.

    Répondre
  7. bubulegupies
    bubulegupies says:

    je vis un veritable enfer depui mes 4 fausse couche mon compagnon ces refugier dan la pornodepandance nous avon une fille de cinq ans et mes fc date de 2 ans je vis un calvaire je fait que lui dire que jai besoin de lui besoin de son amour pour me sentir bien il comprend pas tou ce quil voi ces ma jalousie sur ces porno je n’existe que pour lui c’est triste a dire mais ces le cas je lattend toute la journee et quand il rentre il mignore le peu de calin que j’ai c’est plus sexuelle que affectif je ne sais plus quoi faire jai pris rdv chez un psy aussi je veu me sentir mieu sans lui pour mieu le quitter car je meur a petit feu

    Répondre
  8. Catherine
    Catherine says:

    Je tombe par hasard,sur vos commentaires.J’ai été dépendante affective,mariée plus de vingt avec mon ex mari.Ma reconstruction m’a demandée de nombreuses années de psychanalyse ainsi que pas mal d’aller retour à l’hôpital à cause d’une addiction à l’alcool.
    Sortie de ses épreuves mon petit récit le destin de Camille,fut publié aux éditions édilivre.Courage à toutes/tous car être une femme/homme libéré..Tu sais,ce n’est pas si facile…Comme le dis si bien,la chanson!

    Répondre
  9. Bleu
    Bleu says:

    C’est tellement difficile, car nous aimons vraiment l’autre personne. Nous ne boulons pas la perdre, mais en même temps, nos comportements éloignent la personne, ce qui augmente l’angoisse d’être laissée ! Comment s’en sortir? Si nous le savions, nous aurions posé les gestes…

    Répondre
  10. Sanrepit
    Sanrepit says:

    Ca fait 6 ans que j suis avec mon copain on a eu 1 enfant c était un accident .on l a garder quand même . Avec lui c est du bonheur de l horreur et c est comme ça depuis le début . Je continue de l aimer meme si c est beaucoup moins fort qu a nos début. Je trouve toujours des excuses à son comportement inexcusable . Il est mal élever souvent il m insulte juste pck quelque choses ne lui plait pas. Peu de personne l apprécie dans mon entourage car il est égoiste renfermé et pas tres gentil il faut le reconnaitre. De plus il n est pas du tout généreux son argent c est son argent !!!! On est partis en vacances à la mer bien on devait rester enfermer dans l appartement il trouvait sans sess des raisons. Il menacait de rentrer tous les jours c est un enfer a vivre mais je l aime encore que faire .

    Répondre

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

Laissez un commentaire

Envie de participer?
Vous pouvez contribuer en laissant votre commentaire!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *